La belle et le clochard

January 23, 2017 - Montreal, Canada

Reza, un collègue de Paris est en visite pour deux semaines et nous avons ainsi pu parler lignes, plongements et hypercubes dans les différents cafés de la ville (et un peu à la fac aussi quand même).

Ceci étant, il s'agit de ne pas perdre le rythme et cette semaine fut placée sous le signe de la culture.

Lundi, jam klezmer

Après avoir fait quelques provisions, nous allons chez Jean où nous rejoint Sébastien. Depuis 2008, Sébastien a déménagé à Boston, acheté un chien, trouvé l'amour, fait un enfant (je ne sais plus dans quel ordre). En tout cas, nous avons pu tester nos aptitudes à jouer en groupe et la résistance de mes camarades à ma propension naturelle à jouer des Bar Mitzvah dans ma clarinette !

Mardi, impro et chansonnettes

Montréal, c'est aussi l'occasion de retrouver les différentes ligues d'improvisation qui prolifèrent dans les différents bars de la ville. Denis, un ami de ma soeur, et Mélanie sont de la partie. La Limonade saison 2016-2017 a changé beaucoup de têtes mais on se marre bien. La place est dans le village, le quartier gay de Montréal. Après les impros, la soirée part sur un karaoké endiablé et une queer légèrement avinée reprend des chansons de Céline Dion entre deux verres. Sur le retour, je passe saluer le P'tit Bar. Il neige.

Mercredi, théâtre engagé

Mélanie me propose d'aller voir une pièce de théâtre solo de marionnettes : la pièce s'appelle « Jerk ». Nous n'en savons guère plus. Je me dis que ça fait bien la nique à Laurent Wauquiez : la marionnette n'est pas encore un art mineur. La scène s'ouvre sur une marionnette affublée d'un masque de panda qui fiste une autre marionnette représentant un adolescent à grands renforts de bruitages bucaux produits par le comédien. S'en suit l'histoire légèrement trash d'un gars du Texas qui a drogué, abusé, et tué (je ne sais plus dans quel ordre) une vingtaine d'adolescents dans les années 70. Nous ressortons avec une légère aversion pour les fluides corporels qui n'ont pas manqué de se répandre sur la scène... Il neige.

Jeudi, social event

Gena (mon contact à l'Université) accueille Adrian (qui était dans mon jury de thèse) car ce dernier part passer deux mois à Cuba pour prendre des photos. Comme Reza est à Montréal, c'est l'occasion d'organiser un repas chez lui en invitant aussi Luc (un chercheur de McGill assez drôle). Nous nous retrouvons donc chez eux et, après les différents pineaux (blanc et rouge), pinards (blanc et rouge) et la p'tite poire (je ne me souviens plus dans quel ordre), je rentre sagement à pieds jusqu'à mon lit. Ce soir aussi, il neige.

Vendredi, hipsters et lutte des langues

Ce soir, je retrouve Alexandra, qui fut ma coloc en 2008. Elle est maintenant l'heureuse propriétaire d'un 4 et 1/2 vers Rosemont. Nous nous rejoignons au Cagibi, un bar sympathique à soixante mètres de chez moi. La décoration est réjouissante et le mobilier très divers. La serveuse vient et nous parle en anglais de prime abord. Cela a le don d'énerver Alex, née et élevée à Québec : « Crisse, ils peuvent pas parler français comme du monde ! ». Sur les soixante mètres du chemin du retour, il neige.

Samedi, le bain


Je prends le bus pour Sainte-Adèle, Nico vient me chercher et nous retournons au même chalet que la semaine dernière. Un peu plus de monde dans la place ce soir. Outre Mélanie et Nico, nous trouvons Jean, Michel, Briac, Pascale et Marjo. Le premier objectif de la fin d'après-midi est de creuser la glace sur le lac pour s'y baigner. C'est long. Il fait finalement nuit quand nous glissons doucement et avec délectation dans ce trou d'eau fraîche. Les attitudes face au froid diffèrent selon les participants (les photos sont là). S'en suit une grosse bouffe et de la musique (dans l'ordre cette fois).

Dimanche, ski et LIM

Après une vaste brunch, nous allons faire un tour sur les pistes non préparées autour du chalet. Nous sommes sept, dont cinq en skis de fond. Pascale et moi suivons la gang en raquettes. Un festival de gamelles d'intensités variées nous accompagnent le long de ces quelques kilomètres. Mais l'ambiance est bonne et la météo clémente. En rentrant à Montréal, je file au Lion d'Or pour voir la LIM (une autre ligue d'impro). Les têtes ont également pas mal changé mais le niveau demeure. Chemin du retour, le thermomètre affiche -3°C. Sur la pas de porte d'un magasin, un itinérant (c'est le doux mot québécois pour SDF) dort sous un maigre duvet. Il neige...

Bien à vous,


Fuzzy Travel · Next »
Create blog · Login